Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce Grand Format spécial Ballet de l’Opéra de Paris sur France 2 était très attendu par les amoureux de danse. Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’on n’a pas été déçu !

Le reportage débute avec celle qui est désormais une étoile « retraitée » : Aurélie Dupont

Sa carrière n'est pas été toute rose. Elle a eu beaucoup de doutes entre 10 et 15 ans lorsqu'elle était petit rat. Sa vie et sa carrière changent suite à une rencontre avec Pina Bausch qui lui offre son rôle de l'élu dans le Sacre du Printemps. Elle a été choisie pour ses faiblesses car selon la chorégraphe sont plus belles que ses forces. Cette rencontre va vraiment changer sa vie car six mois plus tard, elle est nommée danseuse étoile à 25 ans. Benjamin Millepied lui a récemment créé un pas de deux : Together Alone avant que cette dernière quitte l'Opéra.

Elle a fait ses adieux sur L'histoire de Manon le 18 mai dernier. Ce ballet signifie beaucoup pour elle car suite à une blessure au genou, elle est remontée sur scène avec ce ballet. Les répétitions n'ont pas été faciles car elle n'a pu répéter d'une fois sur scène les pas de deux. Le pas de dix a également été compliqués à mettre en place. Il aura fallu prêt de 3h de répétition pour arriver au résultat final. Mais, la représentation a été magnifique : 30 minutes continues d'applaudissement. Ce n'est que bien mérité.

Danse: l'école française à la pointe.

Passons à l’histoire de l’Opéra de Paris. La troupe de l'opéra Garnier est l'une des plus reconnues de France. Elle a été crée par Louis XIV, danseur de ballet. Il doit d'ailleurs son surnom de Roi soleil, grâce à un de ses rôles. A cette époque sont mises au point les règles de la danse. En 1832, lors de la Sylphide, on joue le premier ballet entièrement sur pointes. De là nait également le "costume" de la danseuse et quelques années plus tard apparait le terme de tutu. On retiendra aussi de cette époque les différentes catégories du corps de ballet : Quadrilles, Coryphées, Sujets, Premier Danseur et Etoile.

Il y a 18 étoiles : 10 femmes, 8 hommes un nombre fixe. Pour qu'une étoile naisse, il faut qu'une autre s'éteigne. Le terme d'étoile est une spécificité française.

Petit passage pour les ateliers de Couture de Garnier. Je sais coudre mais je ne serai jamais capable de faire ce qu'ils font. Une des robes de Manon a 4 épaisseurs différentes, j'imagine les heures de travail nécessaires. Le responsable de l'atelier nous dit que ça ne sert à rien de venir voler car les bijoux sont crées pour être pratique donc souvent monter avec un scratch et des élastiques ce qui n'est pas très glamour en soirée. Les costumes font rêver. Pour l'histoire de Manon, plus de 200 costumes ont été réalisés.

Nous arrivons à Nanterre où se situe l’école de l’Opéra de Paris. Les petits rats de l'opéra sont encore des « bébés » pour certains. Du CE2 à la terminale, il y a 95 élèves repartis en 6 divisions de cours de la 1ère à la 6 ème pour les plus petits. ça doit être compliqué pour beaucoup de maman de laisser leur enfant partir si jeune. Tous les ans, leur place est remise en jeu, une épreuve difficile pour des enfants si jeune. Les entrainements sont quasi militaires ! Il faudra me convaincre pendant des années pour me laisser envoyer mon fils ou ma fillelà bas ! Ils ont une scolarité adaptée à leur emploi du temps de futur danseur. Ils ont cours le matin et danse l'après midi. Par contre, pour moi qui suit enseignante, ce serait un plaisir que de faire cours dans cette école !!! L'école coûte 1300 € par trimestre hébergement et repas compris. A 20h45, tout le monde au lit pour les petits rats, on reste dans le côté militaire.

Une sélection physique est faites dès l'entrée à l'école. Les petits rats apprennent aussi le jazz, le contemporain et le folklore. Dès la 5ème division, les filles apprennent à faire des pointes. Pour que la position sur les pointes devient quasi naturelles. Les petits danseurs auront la chance de monter sur scène pour jouer Paquita avec les danseurs de l'Opéra. Les jeunes danseurs sont naturellement très impressionnés !

Aurélie Dupont leur rend une visite et on apprend qu'elle joue le rôle de Marraine pour une petite danseuse. En effet, on apprend que la vie à l'école étant très dure, les élèves ne disent pas tous à leur parents de peur d'être retiré. Ainsi, ils peuvent se confier, ce qui est un peu rassurant. (Mais juste un peu !)

Danse: l'école française à la pointe.

Place à Benjamin Millepied ! Le directeur de la danse de l'Opéra dénote par sa particularité et sa décontraction vestimentaire ! A 37ans, sa carrière s'est envolée au New York city ballet dès l'âge de 16ans. Il forme ensuite sa propre troupe. Il est ensuite choisi pour chorégraphier Black Swan où il va rencontrer sa femme : Natalie Portman. Depuis octobre, il choisi les ballets et les interprètes de ces ballet. Malgré la masse de travail, il continue de créer des chorégraphies (on aura d'ailleurs la chance de voir le L.A Dance Project à Compiègne la saison prochaine). Grâce à son rayonnement, la troupe de l'opéra a pu ouvrir le festival de Cannes. Une pièce de 4min, qui revisite la scène de Sueur Froide d’ Hitchcock. Léonore Baulac jouera le rôle principal, elle qui est la nouvelle muse de Benjamin Millepied. Peut-être une future étoile…

Mathilde Froustey elle n'a pas eu la patience de Léonore Baulac et est parti s'exiler au San Francisco Ballet en tant que Principal Dancer. Elle a été recruté par un coup de fil et une vidéo ! Mathilde est devenue une égérie à San Francisco. Elle n'est pas la seule à avoir choisi l'étranger. Sylvie Guillem, Patrick Dupond, Manuel Legris…

A Lyon, la spécialité c'est la danse contemporaine. En 20 ans, ils ont été invités dans 30 pays. Tous les ans, ils vont aux Etats Unis pour une tournée internationale. Le Lyon Opera Ballet présente cette saison 3 ballets dont un plus expérimental. C'est une discussion entre un chef d'orchestre qui accorde ces musiciens et les danseurs. Le petit problème, c'est que le son est enregistré et donc l'accord perd de sa force. Plaira- t-il au public américain, c'est ce qu'ils craignent le plus. Le bilan sera mitigé pour ce ballet expérimental.

On voit que s'adapter à une nouvelle scène n'est pas toujours évident pour les danseurs (taille de la scène, problème de lumière,..)

Ce documentaire aura été très enrichissant. Le seul problème qu'on pourrait lui reprocher serait d'être diffusé à 23h35.

A bientôt pour un nouvel article, enfin quand il y aura un documentaire sur la danse !

Marine P.

Tag(s) : #Télévision

Partager cet article

Repost 0