Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Trois ans après The 2nd Law, voici le grand retour de Muse dans les bacs avec leur nouvel album : Drones. Le premier extrait de ce nouvel album est Dead inside, que l'on peut traduire par « Mort à l'intérieur ». Si c'est cette chanson qui a été choisie pour lancer Drones ce n'est pas par hasard. En effet, les morceaux de ce nouvel album s'écouteront comme une histoire, c'est du moins ce qu'a expliqué Mathew Bellamy dans une interview à Consequence of Sound.

"C'est le point de départ de l'histoire de l'album, quand le protagoniste perd espoir et devient mort à l'intérieur,, alors la force obscure s'empare de lui dans Psycho et continue dans les morceaux suivants de l'album pour finalement fuir, se révolter et dépasser ces forces obscures plus tard"

Muse, Dead Inside

Le projet est beau mais quand est-il en réalité ? Et bien quand on voit le premier clip, nous ne sommes pas déçus et les amoureux de danse seront comblé. Le clip réalisé par Robert Hales est épuré. La scène prend place dans un hangar vide avec un sol poussiéreux. Nous sommes bien loin des couleurs de Supermassive Black Hole et l'on sent que l'influence de Chandelier est passé par là. Dans ce décor, deux danseurs, filmés par des drones, William Wingfield et Kathryn McCormick évoluent sur une chorégraphie contemporaine de Teresa Chavez. Les noms de ces deux danseurs ne vous disent sans doute rien, ce sont pourtant des vedettes aux Etats-Unis grâce à la télé réalité So you think you can dance. Ce sont un peu nos Fauve Hautot et Grégoire Lionnet. Les deux danseurs sont vêtus assez sobrement, William Wingfield a juste pour fantaisie des bandelettes sur le visage et Kathryn McCormick a les yeux injectés de noir, vraisemblablement pour symboliser sa perte de l'âme. Les deux danseurs incarnent un couple qui se rapproche et se déchire. C'est à la fois emplit de sensualité et de bestialité avec des mouvements saccadés qui sont magnifiés par la poussière qui vole dans les airs. Poussière que l'on retrouve lorsqu'on voit Matthew Bellamy et sa bande en train de jouer.

Le résultat est très réussi bien que peu original en réalité. Muse est toujours aussi efficace et Dead inside laisse présager un bien bel opus du groupe anglais.

Tag(s) : #Clip, #Analyse

Partager cet article

Repost 0