Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Big Girls Cry, Sia

Seulement 3 mois après le clip Elastic Heart, victime d'une polémique injustifiée, voici déjà le nouveau clip de Sia, Big Girl Cry, issu de l'album 1000 Forms of Fears. Ce clip est le dernier d'une trilogie commencée avec Chandelier et Elastic Heart. Continuité oblige, on retrouve Daniel Askill à la réalisation, Ryan Heffington pour la chorégraphie et bien évidemment Maddie Ziegler, devenue grâce à Sia la nouvelle vedette de la danse. Une fois de plus, ce trio parvient à nous surprendre avec un clip qui détonne avec le précédent. Mais à force de surprendre, ne risque-t-on pas la sortie de route? Je vous rassure tout de suite, ce n'est pas le cas. Ce clip, dans un style tout à fait différent, parvient à nous ébahir.

La mise en scène est sobre. Maggie Ziegler, toujours vêtue du justaucorps qui a fait sa renommée et affublée de se perruque blonde, est filmée en gros plan. L'arrière plan n'est constitué que d'un fond noir, contrastant ainsi avec la lumière parfois pâle, parfois plus intense, qui éclaire la jeune danseuse. Big Girl Cry se concentre sur les expressions du visage de la jeune danseuse qui nous fait étalage de toute sa palette d'émotions. Il y a toujours cette part de folie chez la jeune fille, on la retrouve les yeux exorbités ou encore en train de se frotter le visage avec rage.Cette gestuelle nous fait immanquablement penser aux clips précédents, mais terriblement accentué ici. A cette folie s'ajoute dans certains mouvements la fragilité de l'enfance, comme quand Maddie se met à sucer son pouce. Au deuxième refrain, des mains (celle de Sia) apparaissent derrière la jeune fille. Si elles semblent jouer avec elle dans un premier temps avec elle, le ton change radicalement quand dans un premier temps, elles semblent empêcher Maddie de crier, puis quand les mains empoignent son cou et se mettent à l'étrangler. C'est d'ailleurs la seule fois où la caméra arrête son gros plan sur le visage de Maddie pour s'attarder sur ses pieds, en train de bouger dans tous les sens, comme pour se débattre. Dans ce passage, on pense tout de suite à ce vers de la chanson Chandelier: I'm gonna swing from the chandelier (je vais me balancer au lustre), et qui évoque le suicide. Le dernier couplet reprend le même schéma que les précédents, même si Maddie paraît de plus en plus folle, le clip s'achevant sur cette image de la jeune fille hallucinée, les yeux grands ouverts et bouche bée.

Cette trilogie s'achève donc de façon très dérangeante. On est saisi, hypnotisé par le visage de Maddie Ziegler, une fois de plus terriblement intense. La danse n'est pas seulement une affaire de pieds. C'était déjà le cas dans une des versions live d'Elastic Heart. Est-ce le meilleur des trois clips? Difficile à dire tant ils sont différents tout en étant cohérents entre eux. Cette trilogie restera en tout cas gravée dans l'histoire du clip musical. Les internautes ne s'y trompent pas d'ailleurs puisque Big Girls Cry atteint en un jour les 5 millions de vues sur You Tube.

Tag(s) : #Clip, #Analyse

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :