Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Billet d'humeur: Le plaisir Prodiges

Ce samedi 27 décembre 2014, une fois n'est pas coutume, le service public a fait honneur à son rang en diffusant l'émission Prodiges en prime-time.

Loin du télé-crochet dont on a l'habitude, Prodiges était avant un hymne à la musique classique et surtout au partage. Certes, il y avait un prix à la fin (une bourse d'étude, quelle idée brillante, mais nous sentions que les enfants n'étaient pas là pour ça. Non, leur motivation était le plaisir de faire partager leur passion pour le chant, la musique et la danse. France 2 a tout fait pour que les jeunes talents soient mis en valeur. Profitons-en pour féliciter Marianne James qui a su mettre à l'aise les jeunes gens. Les chanteurs et les musiciens étaient accompagnés par l'orchestre philharmonique de Montpellier, les danseurs par le ballet du cirque d'hiver de Saint-Petersbourg (un peu gadget dans ce cas mais ce n'est pas grave). En outre, le jury était composé de grands noms bienveillants, le violoncelliste Gauthier Capuçon pour les instruments, la soprano coloratur Elizabeth Vidal pour le chant et l'ex étoile et directeur de l'Opéra de Paris Patrick Dupond, insistant sur la notion de travail mais surtout de plaisir. Un jury n'hésitant de plus pas à mettre du sien et à faire plaisir aux jeunes prodiges. Le jeune Léo se souviendra pour toujours de son duo au violoncelle sur le Carnaval des animaux de Saint-Saëns avec Gauthier Capuçon. Le jury n'était pas là pour réellement juger mais pour transmettre et cela n'a pas plu à tout le monde...

Sur la toile, certains ont reproché aux jurés de ne pas être assez durs (le parallèle avec l'Ecole des fans sérieusement?) avec les jeunes talents, notamment avec les danseurs, comparant avec les petits rats de l'Opéra. Mais ont-ils compris le véritable but de cette émission? Cette émission n'était pas une audition mais un spectacle regroupant des amateurs. Si France 2 avait voulu la perfection, la chaîne aurait fait appel aux élèves des plus prestigieuses écoles. La politique de cette émission était de donner une chance à des enfants qui n'ont pas fait de leur art leur vie mais qui ont une passion et qui se voient vivre de leur passion comme un rêve et non comme une finalité. Oui, ces jeunes gens ont une vie à coté, cela ne les empêchent de vivre pleinement leur passion et de travailler énormément, certes moins que dans les grandes écoles mais il n'en ont pas moins de mérite.

.

Billet d'humeur: Le plaisir Prodiges

D'autres s'offusquaient de voir de jeunes enfants être affichés comme des "bêtes de cirque", souvent les mêmes qui les descendaient sans vergogne. En quoi est-ce choquant de voir des jeunes gens se faire plaisir en montrant leur talent. Dans ce cas là, poussons l'absurdité jusqu'au bout, interdisons aux mineurs de monter sur scène, ne faisons plus jouer les enfants dans les films. Au contraire, Prodiges a mis en avant une belle jeunesse, volontaire et passionnée. Une vrai bouffée d'air frais.

L'émission Prodiges a été une formidable promotion pour le classique, permettant à un large public de béotiens de faire connaissance avec Prokofiev, Tchaikovsky, Bizet entres autres, de voir que le classique n'était pas un art désuet. Prodiges était une ôde à la jeunesse et au classique. Quand aux "experts" qui n'arrête pas de se plaindre de ne jamais voir de classique sur le service public et s'amuse à pourrir l'émission en espérant voir la perfection, détendez-vous un peu et sachez profiter de ce que l'on vous propose. Les téléspectateurs ne s'y sont d'ailleurs pas trompés, l'émission faisant presque 20% de parts de marché

Tag(s) : #Billet d'humeur, #Télévision

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :