Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blues Brothers 2000: le coup de Blues?

Faire une suite est toujours compliqué et rarement réussi. Et quand en 1998, Landis réalisa Blues Brothers 2000, la suite du film du même nom, il y avait de quoi être inquiet. En effet, avec la disparition de John Belushi, Cab Calloway ou John Candy (ce film leur est dédié), on pouvait légitimement se demander si Landis pouvait faire mieux que le précédent opus ou s'il allait le souiller avec un suite bâclée. Et bien aucun des deux. Tout simplement parce que Landis est un malin !

Dix-huit ans ans après le premier épisode des Blues Brothers, Elwood Blues (Dan Aykroyd) sort de prison. C'est en attendant en vain que son frère Jake vienne le chercher qu'il apprend la mort de celui-ci de la bouche du directeur de prison. Pris en charge par une employée de son ancien batteur Willie, il rend visite à la mère supérieure de son ancien orphelinat où il apprend la mort de son ami Curtis (Cab Calloway) mais aussi que celui-ci a eu un fils illégitime. La mère supérieure (un peu folle) confie à Elwood l'éducation d'un jeune garçon : Buster. Elwood part à la rencontre de ce mystérieux fils caché. Ce dernier, devenu chef de la police de l'Illinois n'est pas franchement ravi de découvrir ce « lien de parenté » avec Elwood. Alors que ce dernier lui demande de l'argent pour se payer une voiture, Cab (nom choisi en hommage à Cab Calloway) l'expédie dehors. Buster profite de ce moment pour lui voler son portefeuille. Lorsque Cab s'en aperçoit, il lance un mandat d'arrêt contre Elwood . Une fois la voiture achetée à un ferrailleur, Malvern Gasperon, qui a décidé de changer de métier (joué par BB King), les deux compères filent dans la boîte de son ancien batteur Willie. Il remarque vite que celui-ci se fait racketter par la mafia russe et décide de s'en occuper. Il saoule les deux hommes de main et les abandonne dans une ruelle avec l'aide de Mack (John Goodman), le barman de Willie. Évidemment la mafia russe ne va pas apprécier et alors qu'Elwood et Mac chantent, ils viennent brûler la boîte. Pendant que le strip-club flambe, Elwood, Mack et Buster réussissent à échapper aux russes après une poursuite en voiture. Les nouveaux Blues Brothers partent à la recherche des anciens membres du groupes. Une fois reformé, ils décident de partir en tournée à la Nouvelle-Orléans. Ce que ne savent pas les musiciens c'est qu'Elwood veut gagner un concours avec une forte récompense à la clé. Pendant ce temps la mère supérieur du couvent appelle la police car Buster n'est pas rentré depuis une semaine. La police identifie la voiture arrêtée à un restaurant (le club country du premier épisode) et Elwood, Mack et Buster sont obligés de prendre (encore) la fuite et pour échapper à un barrage érigé par la police, Elwood décide de traverser un fleuve...en voiture ! Arrivés au bord, ils atterrissent dans un rassemblement néo-nazi et font exploser un bateau bourré de dynamites sur le leader du groupuscule. Le jour de leur concert arrive, ils s'aperçoivent qu'ils ont été embauché non pas pour faire du blues mais du bluegrass. De plus, la police et les russes les attendent de pied ferme. C'est à la faveur d'un orage et de leur bluesmobile télécommandée (oui oui...) qu'ils parviennent à s'enfuir (une fois de plus). La bluesmobile tombe en panne d'essence. Après une marche, le groupe arrive à un congrès de « revival » de l'église de Triple Rock qui vient de Chicago avec le révérend Cleophus James (Jamesque l'on a déjà vu dans le premier film). Lors de la messe, la police intervient, c'est alors que le révérend fait son sermon et que Cab est touché par la grâce (avec des effets spéciaux bien barrés) et rejoint les Blues Brothers. L'adjointe de Cab décide d'arrêter tout le monde mais Lou revient à temps avec la voiture et embarque tout le monde dedans. Il s'ensuit alors une poursuite avec la police qui va se terminer comme dans l'épisode précédent par un carambolage monstrueux des voitures de police. Les Blues Brothers arrivent alors à l'endroit de concours, chez Queen Musset's , dont la légende raconte qu'elle est une vieille sorcière cannibale. Bien loin des légendes, Queen Musset's est une belle jeune femme. Elle demande aux Blues Brothers de lui jouer un calypso, ce qu'il refuse. Elle transforme alors Cab, Mack et Elwood en zombie et ceux-ci chantent alors pour elle. Qualifiés pour le concours, ils sont opposés aux Gator Boys, groupe monté par le ferrailleur Gasperon !

Les légendes sont là!

Les légendes sont là!

Les Blues pensent que la victoire va être facile, que les Gator Boys doivent être des ringards sans aucun sens du rythme, mais en réalité ce groupe est composée de légendes du blues comme B.B King, Eric Clapton, Isaac Hayes et j'en passe...C'est au tour des Blues de jouer et les Gators en les voyant tiennent le même discours qu'eux un peu avant. Finalement les Gator Boys gagnent. Soudain les russes et les néo-nazis débarquent mais Queen Musset's les transforme en rats. Pour fêter cela, Elwood propose un bœuf aux Gator Boys. Hélas, une fois de plus, il est obligé de fuir pour pouvoir garder Buster avec lui. Le film s'achève sur leur fuite avec la police aux trousses...une fois encore.

Les Blues sont là!

Les Blues sont là!

Ce qui frappe dans le scénario, c'est qu'à peu de chose près, Blues Brothers 2000 reprend les grands axes du film original :

- La sortie de prison, sauf que c'est cette fois Elwood qui en sort et que personne de prime abord revient le chercher puisque Jake est mort.

- La visite à la mère supérieure qui donne une mission à Elwood. Il s'agissait avant de sauver l'orphelinat, il faut maintenant s'occuper de Buster.

- La recherche des membres du groupe qui font d'autres métiers. A cette occasion, comme dans le premier film, Aretha Franklin chante pour empêcher son mari de partir et les Blues discréditent Alan pour qu'il démissionne de son emploi (croque-mort ici, serveur dans le précédent).

- Diverses bandes qui les pourchassent, une nouvelle fois les néo-nazis à qui l'on ajoute les russes.

- La révélation à l’Église après un sermon de James Brown, cette fois pour Cab.

- La méprise lors d'un concert. Dans le premier, les Blues Brothers se retrouvaient à jouer de la country, ici c'est du bluegrass.

- Les poursuites avec le carambolage monstrueux (qui détenait alors le record de voitures détruites, record détenu auparavant par le premier Blues Brothers)

- Le concert final.

Peu de nouveautés au niveau du scénario mais de nouveaux personnages, Mack, Buster et Cab, à la place de Jake et Curtis. D'ailleurs vous me direz peut-être : quelle idée de n'avoir pas fait apparaître ces deux personnages. John Landis n'a hélas pas eu le choix puisque John Belushi et Cab Calloway nous ont quitté entre les deux films. Et l'on comprend que s'il y a tant de nouveaux personnages, c'est tout simplement pour combler l'absence des deux autres. Ces nouvelles têtes ont moins d'épaisseur que leur prédécesseur. On s'attache toutefois à Mack et à Buster, qui nous épate avec ses talent de danseur.

Pas de quoi te rendre malade Mack!

Pas de quoi te rendre malade Mack!

Devant Blues Brothers 2000, deux attitudes possibles si l'on a vu ou non le premier épisode.

Si vous ne l'avez pas vu, vous serez enchanté. Le film est énergique et loufoque (la scène des zombies, la voiture amphibie). Il regroupe en plus la fine fleur de la musique (BB King, James Brown, Aretha Franklin, Eric Clapton...) dans des numéros réussis et qui s'insèrent parfaitement à l'intrigue (Respect d'Aretha Franklin ou 634-5789 (Soulsville, U.S.A.) chanté par Wilson Pickett et le jeune prodige Jonny Lang) .

En revanche, si vous avez vu Blues Brothers, vous serez un peu moins enthousiaste. La raison est simple et nous l'avons expliqué plus haut : Blues Brothers 2000 reprend les vieilles recettes du premier et s'essayent à la surenchère. C'est évidemment moins réussi, et si les scènes cocasses s'enchaînent (grâce à la magie des effets spéciaux) dans une surenchère frôlant le fantastique, vous y trouverez moins de folie que le premier pourtant plus « réaliste ». Blues Brothers 2000 est plus policé, avec plus de bons sentiments, loin du parfum d'anarchie du premier. Vous aimerez toutefois les clins d’œil au premier épisode (la présence du gérant du Country bar par exemple). Et puis c'est tellement un plaisir de retrouver Aretha Franklin ou James Brown et les petits nouveaux comme Taj Mahal, Clapton, BB King qui remplace avec brio John Lee Hooker ou Ray Charles...Donc quoiqu'il en soit, vous passerez un bon moment.

Entre la suite et le reboot, Blues Brothers 2000 reste un agréable divertissement qui plaira à tout le monde. Toutefois, si vous avez le choix, je vous conseille le premier Blues Brothers, qui lui est un chef-d'oeuvre. En avant les Blues !!!!

Visiblement Landis se souvient d'aoir réalisé Thriller!

Visiblement Landis se souvient d'aoir réalisé Thriller!

Tag(s) : #Film musical, #Analyse

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :