Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ma vie est une chanson: sous le signe du Taurog

En hommage à Mickey Rooney, décédé cette semaine, j'avais décidé de vous parler de Ma vie est une chanson, réalisé par Norman Taurog en 1948, ce film étant lui-même un hommage au librettiste Lorenz Hart. Le moins que l'on puisse dire, c'est que Ma vie est une chanson ne rend justice à aucun des deux !

Ma vie est une chanson nous raconte l'histoire des compositeurs Richard Rodgers (Tom Drake) et Lorenz Hart (Mickey Rooney). En 1948, si Richards est encore en vie, Lorenz est mort depuis 5 ans, ce film rend donc hommage à ce dernier. Ma vie est une chanson nous invite à suivre l'ascension vers le succès des deux jeunes gens, de leurs débuts difficiles au triomphe à Broadway. Mais en parallèle de cette success story se joue les aventures sentimentales des deux protagonistes. Si Richard trouve le bonheur avec Dorothy, il n'en est pas de même pour Larry qui voit rejeter sa demande en mariage de la part de Peggy, privilégiant sa carrière à l'amour. Larry se réfugie alors dans le travail jusqu'à épuisement, qui aura raison de sa vie.

Judy Graland, une bouffée d'air frais dans un film raté.

Judy Graland, une bouffée d'air frais dans un film raté.

N'y allons pas par quatre chemins, ce film est raté. Il symbolise tout ce qu'il ne faut pas faire dans une comédie musicale. Taurog n'insère jamais les numéros à l'intrigue et se contente de mettre en image les plus grands succès de Lorenz en image. Il est certes sympathique d'écouter le standard Blue moon, mais quel est l'intérêt de le mettre en image à part faire du remplissage. S'il fallait résumer ce film en quelques mots : Lorenz crée un spectacle : on en met un extrait dans le film. Le tout évidemment représenté sur scène. Intérêt ? Zéro ! Qu'il aurait été plus judicieux (et plus original) d'inclure les numéros et les chansons dans l'intrigue, une chanson ou un numéro pouvant illustrer un passage de la vie de Lorenz Hart.

Mickey Rooney fait ce qu'il peut pour sauver le film.

De plus, Taurog avait la chance d'avoir dans son casting Gene Kelly et Judy Garland. Qu'en fait-il ? Ils les sous-exploitent en leur donnant un numéro chacun ! On ressent alors la même frustration que dans Ziegfield Follies où l'on attend 1h30 en s'ennuyant ferme pour voir un numéro, qui dans le cas de Ma vie est une chanson, n'est pas inoubliable, même si Gene Kelly fait le job. Les scènes de danse sont tellement anecdotiques que je ne m'y attarderai pas.

Attention Judy! Un film tout pourri derrière toi!

Attention Judy! Un film tout pourri derrière toi!

Si le film Ma vie est une chanson avait un titre, il s’appellerait Souffrances. Rarement je n'aurai vu un tel naufrage dans le genre du film musical.

SB

Gene Kelly et sa pire partenaire de tous les temps: Vera Ellen.

Gene Kelly et sa pire partenaire de tous les temps: Vera Ellen.

Tag(s) : #Film musical, #Analyse

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :