Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pourquoi les étoiles sont-elles filantes?

Agnès Letestu le 10 octobre 2013, Isabelle Ciaravola le 28 février 2014, Nicolas Le Riche en juillet 2014...La saison 2013/2014 du Ballet de l'Opéra de Paris aura vu trois de ces étoiles cesser de briller. Une simple coïncidence? Et bien non. La faute à une règle vieille de trois siècles qui rend la carrière d'une étoile filante. En effet, elle fixe l'âge limite d'un danseur étoile à 42 ans. Et cet âge « canonique » a été atteint par nos trois danseurs, bientôt suivi d'Aurélie Dupont en 2015. Cette règle est immuable et elle est valable dans tous les corps de ballet, du Bolchoï à Paris.

Comme les 12 coups de minuit pour Cendrillon, les 42 ans sonnent le glas du rêve de ses danseurs qui ont tout sacrifiés pour atteindre leur Graal ultime. Alors évidemment, ils se préparent à cette échéance et ne sont pas à la rue du jour au lendemain (c'était plus ou moins le cas avant). L'Opéra a fait des progrès en ce sens en proposant, depuis quelques années, un bilan de compétences à leurs danseurs pour qu'ils préparent leur reconversion. Certains enseigneront la danse, se lanceront dans la mise en scène, ou feront peut-être autre chose. Il faut savoir qu'un danseur, tout étoile qu'il est, ne pourra pas vivre de ses rentes jusqu'à la fin de sa vie. Ce n'est pas un footballeur et sa renommée ne lui permet pas de vivre de contrats publicitaires par exemple. Malgré cela, on imagine le choc que cela peut-être pour eux, si préparés qu'ils soient, mais aussi l’incompréhension devant cette frontière superficielle. En quoi suis-je devenu inapte, du jour au lendemain, à faire quelque chose que j'ai fait pendant plus de 30 ans ? Cette frontière semble tellement superficielle.

De l'extérieur (avec des yeux de béotiens), on a l'impression que cette date ressemble davantage à une date de péremption qu'à quelque chose de réfléchi. Mais à ce que l'on sache, le danseur n'est pas un produit. De plus, mettre un âge limite uniforme, c'est nier deux évidences.

-La première est qu'un danseur actuel n'est pas le même qu'il y a 100 ou 200 ans. A la rigueur, cet âge limite pouvait être compréhensible au XIXeme siècle. Mais maintenant? On peut en effet comprendre que l'on voulait garder cette image de jeune premier/première, et que passé un certain âge (42 ans pour une femme était vieux pour l'époque), il fallait céder sa place. Mais la société et les mœurs ont changé. Les danseuses ont évolué et suivent leur siècle (certaines n'hésitent plus à prendre des congés maternités). Dommage que l'Opéra ne prenne pas exemple en s'adaptant à son époque. De plus l'hygiène des danseurs a bien changé depuis des décennies et leur permettrait de danser encore des années. 40 ans à notre époque, c'est le printemps de la vie.

-La seconde est que cette règle est générale et donc fait fi des capacités individuelles. Un danseur ne fait pas l'autre. Pourquoi un danseur en pleine forme cesserait d'être une étoile à 42 ans s'il a les capacités de l'être encore 5 ou 10 ans! Ne faudrait-il pas juger individuellement des capacités de chacun plutôt que de les obliger à partir? Pourquoi se priver de danseurs de talents encore dans la force de l'âge? Ne devrait-on pas laisser tout simplement les laisser décider de sa retraite. N'est-il pas le plus apte à écouter son corps. Après tout dans presque toutes les autres disciplines, libre à l'athlète de décider de dire stop. Alors, certains diront qu'il faut laisser la place aux jeunes. Il faut du sang neuf et cela peut-être lassant de voir les même. Certes. Mais, sans faire offense aux futures étoiles (que je ne connais pas), ne vaut-il pas parfois un « vieux » danseur éblouissant qu'un jeune danseur moyen ? Par cette règle peu naturelle, la relève est elle-même contrainte, sait qu'elle devra être prête à un moment T. On ne décide pas quand on est prêt. Est-ce bien? Je n'en suis pas sûr.

Enfin, ne faudrait-il pas se poser la question du répertoire, ce monde de prince et de princesse qui ne semble tolérer que la jeunesse (La Belle au bois dormant, Le Lac des cygnes, La Bayadère). C'est sur qu'il est difficilement crédible de voir certains marqués par la quarantaine et des princesse un peu vieillissante. Ne faudrait-il pas alors innover et réfléchir à des arguments qui laisse la place à des danseurs plus matures. L'âge ne doit pas être un frein à la danse, il n'y a qu'à voir Kontakhof de Pina Bausch. Ce n'est pas interdit de rêver !

Et vous, que pensez-vous de la retraite à 42 ans des danseuses? Précoce ou justifiée?

SB

Tag(s) : #Billet d'humeur

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :